Actualités :    
Coût et valeur de la fibre de coton.

Ingénierie et Expertise-Conseil

Titre :
Accroissement de la capacité d'égrenage de SECO en Côte d'Ivoire

Télécharger les cours ou rapports …» Accéder à la galerie …»
Lieu :
Ferké - Côte d'Ivoire

Synthèse :

1. Problématique.

La société SECO basée en Côte d’Ivoire dispose de deux usines d’égrenage LUMMUS situées dans les localités de Ouangolo et de Ferké. De leur capacité initiale à celle actuelle de 3 égreneuses de 170 scies chacune, ces usines ont subi des migrations pour faire face à l’augmentation de la production agricole qui s’est tablée la campagne passée à 61 000 tonnes soit 30 balles par heure en moyenne et est estimée cette campagne en cours à 70 000 tonnes.

Dans le cadre d’une prévision de 100.000 milles tonnes pour la campagne prochaine, la direction de SECO commandite à COTIMES un audit-diagnostic de la capacité actuelle de ces usines à égrener facilement la totalité des 100.000 tonnes et un accompagnement à la modernisation effective des deux usines.

Les objectifs spécifiques assignés à cette mission ont été l'évaluation et l'accroissement la campagne prochaine de :

  • La performance technique des équipements ;
  • L’alimentation en coton-graine ;
  • La maintenance des équipements ;
  • La disponibilité opérationnelle des équipements d’égrenage ;
  • La disponibilité opérationnelle des équipements de conditionnement ;
  • Le management de l’égrenage et les ressources humaines.

Cette mission s'est déroulée du 27/02 au 31/10/2019 suivant une approche méthodologique axée sur le DMAIC du procédé d’amélioration continue Lean Six Sigma.

Les résultats obtenus sont essentiellement les suivants.

2. Audit-diagnostic.

2.1 Etat des équipements d'égrenage.

Plusieurs équipements et organes sont mal entretenus et défaillants au niveau des circuits de nettoyage coton graine, de défibrage, de nettoyage et de conditionnement de la fiibre. Pris individuellement, leurs capacités ne sont pas en adéquation de la capacité nominale de chaque usine. Les débits d'air mesurés sont inadaptés à la performance souhaitée.

2.2 La maintenance des équipements.

L’état des équipements présenté supra témoigne d’une mauvaise politique de la maintenance de l’usine. La cadence et la productivité en sont considérablement affectées. Il existe une maintenance planifiée très peu adaptée aux exigences de fonctionnement continu de l’ensemble des équipements. L’auto-maintenance est quasi inexistante. Quand bien même les supports sont en place, la collecte des données de fonctionnement n’est pas faite efficacement. Il nous a été signalé que les pièces de rechange disponibles présentent souvent des défaillances en termes de conformité ou qualité.

2.3 La disponibilité opérationnelle des équipements d'égrenage.

On observe un faible taux de disponibilité opérationnelle des équipements avec une perte de productivité considérable incompatible à une production de 45 balles/h quand bien même l’équipement serait bien dimensionné.

2.4 La disponibilité opérationnelle des équipements de conditionneement de la fibre.

Nous avons évalué la capacité réelle de production de la presse 9500 Continental nouvellement installée lors de l’essai de productivité en chronométrant le temps d’un cycle de pressage et d’éjection d’une balle. Sur une production de 18 balles, le temps moyen d’un cycle a été de 1mn22s alors que pour une production de 45 balles/h, ce temps devrait être de 1mn20s. Il sera nécessaire de revoir les temps de pressage et de rotation du coffre.

2.5 La gestion des ressources humaines.

Nous nous sommes entretenus avec l’ensemble du personnel technique de l’usine et avons recensé les informations et supports utilisés pour la gestion de l’égrenage. L’organigramme est conventionnel, conforme au modèle type utilisé par les sociétés cotonnières de l’UEMOA. Les supports sont assez efficaces dans leur ensemble. Il existe par contre une mauvaise traçabilité des responsabilités et un faible engagement de certains agents, deux raisons qui témoignent en partie du faible taux de disponibilité opérationnelle constaté lors de notre essai.

2.6 Recommandations formulées.

A l'issue des divers constats ci-dessus et au regard des attentes de SECO, plusieurs recomandations ont été formulées tant du point de vue des équipements des deux usines que des ressources humaines et de la maintenance.

3. Ingénierie de modernisation.

Les travaux de modernisation effectués en vue de l'accroissement réel de la capacité des deux usines à 45 balles par heures sont les suivants :

  • Etude d'ingénierie pour la modernisation complète des équipements et des flux d'air pour une production réelle de 45 balles par heure par usine. Les plans des deux usines ont été complètement redessinés. 
  • Mise en place de la TPM.
  • Formation du personnel.
  • Correction des défaillances constatées lors de l'audit-diagnostic.
  • Suivi-Evaluation.
  • Assistance au démarrage.

4. Résultats obtenus.

Les résultats obtenus étaient très édifiants. La capacité nominale à 45 balles par heure a été très vite atteinte et les performances opérationnelles des usines en termes de rendements, de qualité et de productivité se sont nettement accrues.